Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Maya.P
  • Le blog de Maya.P
  • : des romans, des contes, des histoires pour les petits, tout un espace dédié à la jeunesse mais pas seulement...
  • Contact

Recherche

Pages

11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 11:53
Un jour Anita Motus revient de l’école effondrée et le cœur gros.
-    Tu sais quoi ! annonce-t-elle à son mari. La maîtresse d’Annabelle m’a convoquée dans son bureau.
-    Ffoi ! Anafelle a fait une fétise ? s’exclame Rodrigue Motus la bouche pleine de cerises à la réglisse.
-    Non c’est pas du tout ça! explique Anita. Il paraît qu’elle n’ouvre plus le bec depuis plus d’un mois.
-    Scrounch, pourfant je l’ai fue manfer, Assure Rodrigue en se délectant d’une betterave en beignet.
-    Ça n’a rien à voir ! elle a perdu sa voix. Je ne m’en suis pas aperçue et toi ?
-    Slurp ! ni moi.
« Driiiiiing ! » fait la sonnerie du téléphone.
-    C’est pour moi !
Anita Motus se précipite à toute allure. Au passage elle bouscule la chaise bleue, la table bar, le gratin d’algues aux calamars et vlam ! Le gratin est renversé mais Anita tient le combiné ! C’est Sophie Commère sa sœur, pour les conseils c’est la meilleure !
-    Tu devrais emmener ta fille chez le docteur !
Sans attendre, Anita Motus se rend chez le plus savant, le docteur Durand.
Après avoir longuement ausculté Annabelle, il s’adresse aux parents.
-    Allons Madame Motus, dites-moi que s’est-il passé ?
« Tatatitata » chante le téléphone portable d’Anita. « Tatatitaté », « Tatatitata » rappelle la petite musique. Anita hésite encore quelques secondes mais la voici qui se lève en trombe et court répondre. C’est Cathy Bougeotte son amie boulotte. Anita papote, papote et oublie qu’elle est chez le spécialiste.
Le docteur se tourne alors vers Rodrigue.
-    Allons Monsieur Motus, dites-moi qu’est-il arrivé ?
Rodrigue le regarde l’air désolé. Il vient d’avaler une part de pizza aux épinards et ne peut résister a l’envie d’en prendre une autre bouchée. Il déguste, savoure, se régale tant qu’il en oublie qu’il est chez le docteur Durand.
    Le docteur dit alors à Annabelle.
-    J’ai bien peur de comprendre de quoi tu souffres ma belle ! Tes parents ont la bouche trop occupée pour te parler et les oreilles trop bouchées pour t’écouter. Que dirais-tu d’un animal de compagnie pour te soigner ?
Annabelle contente approuve énergiquement de la tête.
Elle choisit le plus joli, le plus doux le plus gentil des chiens.
-    Comme il est mignon ! on dirait un petit mouton ! s’extasie Anita.
-    Tu as remarqué sa truffe retroussée ! observe Rodrigue en se frottant les mains. Il est bon pour la chasse ce chien !
-    Hum…Il m’a l’air intelligent. Il m’aidera au travaux de l’appartement.
 La famille adopte le nouveau venu avec joie. Annabelle le nourrit, le promène, lui brosse le poil. Au fil des semaines le joli petit chiot se transforme en un énorme cabot. Maintenant, il dépasse sa fragile maîtresse et de loin. Ses long poils blancs et sa gueule imposante lui donne l’air d’un ours des pôles. Ses oreilles se dressent sur son crâne comme deux larges tranches de pain de mie coupées en triangle.
Doudou, le gros chien pataud, garde la chambre d’Annabelle comme on protège un château. Chaque jour, il attend impatiemment son retour de la maternelle.
A peine rentrée, Annabelle s’enferme dans sa chambre avec son Doudou. Elle lui raconte sa journée, ses disputes avec ses amies, ses retrouvailles aussi, lui demande son avis sur ses tenues, ses jouets perdus, et même sur son amoureux Lulu.
Le royaume d’Annabelle est défendu. Alors, l’oreille collée contre la porte, ses parents l’épient.
-    J’en ai assez de ces enfantillages ! dit Anita à son mari. Elle parle tout le temps à ce gros patapouf et pas un mot à ses parents !
-    Tu as raison, répond-il… si nous nous débarrassions de ce gros chien très encombrant.
Jaloux comme des poux, Anita et Rodrigue se décident à abandonner Doudou.
Lorsque qu’Annabelle rentre de l’école Doudou ne lui fait pas la fête tout foufou. Pas de museau humide sur son visage, pas de queue balayant tout sur son passage. Doudou a disparu.
Annabelle reste muette. Elle garde sa colère, son chagrin et s’enferme dans son domaine. De sa gorge ne sortent que de gros sanglots mais pas le moindre mot.
Ses parents sont désemparés.
-    Qu’avons-nous fait ! Qu’avons-nous fait ! s’écrie Anita.
-    Nous sommes des parents… mauvais. s’attriste Rodrigue.
-    Maintenant, il nous faut réparer, sans quoi Annabelle ne voudra plus jamais nous parler.
Anita et Rodrigue courent chercher le gros nounours à l’endroit où il l’on laissé, juste au bord de la forêt. Doudou les reconnaît, se précipite à leur rencontre et leur donne plein de baisers. Les Motus en sont encore plus gênés…
-    Qu’avons-nous fait ! Qu’avons-nous fait ! se désespèrent-ils.
Arrivés à la maison, la fillette et l’animal s’embrassent. Toute à sa joie Annabelle s’exclame.
-    Mon Doudou ! Mon doudou adoré !
Puis se tournant vers ses parents.
-  Ne le refaites plus jamais !
- Oh ! ma chérie ! C’est promis, nous avons compris. Désormais, on va t’écouter, on ne veut plus jamais t’entendre pleurer.
Depuis ce jour, dans la famille chacun a droit à la parole même Doudou le plus doux des animaux de compagnie ! « Whaouf ! Whaouf ! »

Partager cet article

Repost 0
Published by maya.p.over-blog.com - dans Histoire pour les petits
commenter cet article

commentaires