Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Maya.P
  • Le blog de Maya.P
  • : des romans, des contes, des histoires pour les petits, tout un espace dédié à la jeunesse mais pas seulement...
  • Contact

Recherche

Pages

11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 11:32
souriceaux.jpg
Il est blanc, a une queue aussi longue qu’une aiguille à tricoter, des oreilles en feuille de laitue, c’est Antonin le souriceau.
Il vit avec son immense famille à la campagne dans une ferme ultra moderne. Il est heureux, ne manque de rien et son rêve le plus grand est d’aller visiter NEW YORK .
Comme il est reçu à tous ses examens, ses parents lui font une surprise.
-    Tiens, lui dit son père en lui tendant des billets d’avion, tu l’as bien mérité. Ton travail est récompensé. Ton avion part demain matin, allez, ouste cours te préparer.
Antonin est aux anges, il ne sait pas quoi dire à ses parents. Alors, il ne dit rien, mais ses petits yeux noirs brillent d’émotion.
Sa maman lui fait quelques recommandations.
-    surtout lorsque tu seras là-bas, méfie-toi, il y a beaucoup de mauvais garçons. Je t’ai préparé ces pruneaux, si jamais on t’ennuie, offre les. Leur effet est impitoyable, aussitôt, ils souilleront leur pantalon. Avec le  jus de poireau ils auront des fuites d’eau.
Antonin sourit, il pense que demain il sera dans l’avion qui l’emmènera
à NEW YORK.

    Le lendemain, lorsqu’il arrive à l’aéroport, un garde à l’entrée lui annonce qu’il est fermé pour une durée indéterminée mais qu’il peut passer au comptoir se faire rembourser ses billets.
    Antonin a les larmes aux yeux, son grand rêve s’évanouit comme une vieille crêpe racornie.
    Devant le comptoir une foule en colère s’amoncelle.
-    Comment ? dit un tel, mais je dois rejoindre mes enfants ! c’est une honte !
-    Il n’en est pas question ! s’égosille un autre, je ne bouge pas tant que je n’ai pas une vraie explication !
L’employé de l’aéroport est très embêté, il ne sait quoi répondre car son supérieur hiérarchique ne lui a rien expliqué. Il ne fait que dire.
-    Je suis désolé Monsieur… Veuillez accepter mes excuses Madame…
Mais les voyageurs excédés crient.
« Du balai ! on veut prendre notre avion ! on a payé ! laissez-nous passer ! »

Soudain, un grand fracas retentit, suivi de barrissements effrayants. Aussitôt, les voyageurs décampent et font place nette. Seul, Antonin étourdit par le remue-ménage ne bouge pas.
Il fixe tristement ses billets.
A cet instant, le directeur de l’aéroport prend la parole pour donner des explications.
- Pas de panique ! l’ambassadeur d’Amérique, Monsieur Eléphentias, est resté coincé dans le couloir qui mène à l’avion. On ne sait comment le sortir de là ! Nous demandons à tous ceux qui ont une idée de venir nous voir au comptoir.
Le directeur est bien ennuyé. Les voyageurs ne l’ont pas écouté, ils se sont tous cachés. Il ne voit qu’un minuscule souriceau blanc qui s’avance timidement vers lui.
-    J’ai une idée ! lance Antonin.
-    A la bonne heure ! répond le directeur. Si ton idée est bonne, je t’offre un voyage tous les ans vers la destination de ton choix de TOMBOUCTOU aux îles CAÏMAN.
En entendant la proposition du directeur, Antonin gonfle sa poitrine et tout de go annonce son plan.
-    Hum… Hum… fait le directeur en écoutant attentivement. Des pruneaux… du jus de poireaux…
-    Hum… Hum… font les employés. Du jus de poireaux… Des pruneaux…
-    Oui ! s’écrie Antonin exalté, car il pense aux merveilleux voyages qu’il pourra faire si son plan marche.
Oui ! les pruneaux vont lui nettoyer les boyaux et le jus de poireaux l’aidera à éliminer son eau. L’ambassadeur d’Amérique va donc perdre quelques kilos et libèrera le passage.
    Le directeur trouve l’idée saugrenue mais l’expose quand même à l’Ambassadeur qui accepte de se prêter à l’expérience.
    Il mange les deux kilos de pruneaux et boit le litre de jus de poireaux que la maman d’Antonin a préparé pour lui.
-    Le jus de poireaux est efficace ! s’exclame l’ambassadeur. Quant aux pruneaux je vous passe les détails ! prout !
L’ambassadeur perd suffisamment de tours de taille pour libérer le couloir et s’acheminer jusqu’à l’avion.
Ensuite, l’équipe de nettoyage se charge du reste.
Les voyageurs sortent de leur cachette et acclament Antonin le souriceau. L’ambassadeur en personne le remercie et lui offre les guides les plus réputés, mais aussi les plus beaux hôtels et les meilleurs restaurants pour son voyage à NEW YORK.

Quel voyage merveilleux ! lorsqu’il rentre à la maison, Antonin, rapporte des tas de souvenirs et plein de jolies photos !
Déjà il pense au voyage qu’il fera l’année prochaine et pourquoi pas TOKYO ?

Partager cet article

Repost 0
Published by maya.p.over-blog.com - dans Histoire pour les petits
commenter cet article

commentaires